Les Giants utilisent le franchise tag

Comme prévu, les Giants ont décidé d’utiliser le franchise tag sur Jason Pierre-Paul afin d’avoir un peu plus de temps pour négocier une extension de contrat.

Avec la nouvelle hausse du plafond salarial en 2015, le franchise tag pour un DE passe d’un peu plus de 11 millions $ en 2014 à 14.813 millions $ en 2015. Les Giants ont désormais jusqu’au 15 juillet pour négocier un nouveau contrat avec JPP.

Le franchise tag utilisé par les Giants est non exclusif ce qui signifie que jusqu’au 24 avril, JPP peut négocier un contrat avec n’importe quelle équipe. Cependant si cette équipe souhaite signer JPP, elle devra donner 2 choix de 1er tour aux Giants. Autrement, il est très peu probable que quiconque ne cherche à signer JPP.

Un article plus détaillé sera consacré aux négociations du futur contrat de JPP.

***

Autres news:

Les Giants coupent Mathias Kiwanuka

Comme attendu, New York s’est séparé, ce soir, de son DE vétéran, Mathias Kiwanuka. Cela permet au Front Office de récupérer presque 5M$ de salary cap. Bien que sa dernière saison ait été compliquée, Kiwanuka était un défenseur important de l’histoire des Giants.

Drafté au premier tour en 2006 (32e choix général) par les Giants, le DE a joué tous les matchs de son année rookie, en débutant même 9, pour un total de 4 sacks, 2 fumbles forcés et 2 interceptions. Saison après saison, il s’est affirmé comme un joueur solide, réussissant toujours au moins 3 sacks par saison (même en 2010 où il ne joua que 3 matchs, réussissant tout de même 4 sacks), sauf en 2014 où son compteur est resté bloqué à 2,5. Il a également, et surtout, remporté 2 bagues avec les Giants et était une arme efficace du trio Tuck/Osi/Kiwanuka. En 2011, l’émergence de JPP, en plus du trio, permis aux Giants d’avoir peut être la meilleure DL de la ligue, au cours d’une saison terminée la bague au doigt.

Plus que sur le terrain, c’est autour du terrain que Kiwanuka a marqué les esprits. Joueur irréprochable, professionnel, il est très apprécié des analystes américains qu’il côtoie. Il a également accepté d’être « trimbalé » à plusieurs postes de la défense, étant parfois LB pour permettre à Osi/Tuck/JPP de jouer. Il avait également accepté une réduction de salaire (bien qu’il ait râlé contre ce principe) pour rester dans l’effectif. Malheureusement pour lui, une saison décevante et une blessure ne vont pas donner envie au FO de le garder, malgré l’arrivé de Spag qui aurait pu lui être profitable.

Cette image de joueur agréable et professionnel ressort vraiment des premières réactions. Jerry Reese, GM de la franchise, a déclaré que :

“Mathias has a warrior mentality.

He has been the ultimate team player for this franchise, and was a true pro from day one.”

Tom Coughlin a lui rappelé le professionalisme du joueur :

“The thing that has always impressed me about Kiwi is how serious he is about the game”.

Il a aussi ajouté :

“His character and professionalism and serious approach to the game will be missed.”

D’autres membres, ou ex-membres, des New York Giants, de Terrell Thomas à Geoff Schwartz ont aussi souligné le symbole qu’il était à Big Blue et le personnage agréable qu’il était.

Dans toute sa carrière aux Giants, Mathias Kiwanuka aura participé à 120 matchs, avec 82 titularisations pour un total 464 placages, 38,5 sacks (le 9e meilleur total de l’histoire de la franchise), 3 interceptions, 13 fumbles forcés et 3 recouverts et surtout 2 bagues, en 2008 et en 2012.

Avec ce départ, la franchise perd l’un de ses plus vieux membres, le dernière rescapé de la défense de Spag 1.0. Avec ce départ, il ne reste plus que 2 joueurs rescapés des titres de 2008 et 2012 : Eli Manning et Zak DeOssie.

***

Autres news:

  • Tom Coughlin devrait prolonger d’un an très rapidement. Cette prolongation est habituelle car le front office ne veut pas mettre une épée de Damoclès au-dessus de la tête d’un coach mais ne change pas grand chose. Une autre saison sans PO et Tom Coughlin devrait prendre la porte. Une saison positive devra lui apporter, s’il le désire, une nouvelle prolongation.
  • Osi Umenyiora, on en parlait juste auparavant, ne devrait finalement pas prendre sa retraite. Il a confié aujourd’hui qu’il ne l’envisageait nullement. Il avait aussi affirmé il y a quelques jours (oui, Osi parle toujours autant), qu’il souhaitait prendre sa retraite en tant que Giants (à moins, a-t-il affirmé, qu’il ne gagne deux bagues avec une autre équipe d’ici là). Free agent en mars, il parait donc probable qu’il essaie un retour à Big Blue, ses demandes salariales se seront sûrement calmées et il peut être un atout intéressant du fait de son expérience de la ligue (j’ai du mal à voir un mentor en la personne de JPP), et de son expérience de la défense de Spag. Un retour pour pas grand chose serait donc une bonne idée pour renforcer la défense.
  • Lors du Combine, Reese a parlé à la presse et a notamment affirmé qu’il comptait sur Beason en 2015. Le GM semble donc fermer la porte à un coupe mais la restructuration ou la réduction du contrat de Beason pourrait toujours être d’actualité. Quoi qu’il en soit, il faut vraiment que le FO assure une solution derrière Beason, histoire de ne pas se retrouver sans MLB décent au bout de 3 matchs.
  • Reese a aussi affirmé que, contrairement à ce qu’il affirmait, OBJ n’était pas blessé lors de la saison dernière ou au Pro Bowl parce que sinon, le staff médical n’aurait lui pas permis de jouer, où au moins d’aller au Pro Bowl. Il semble affirmer qu’Odell ne parlait de blessure que pour flatter son ego, mais qu’en tout cas, il n’y avait pas de souci physique
  • Les Giants comptent utiliser le franchise tag sur Jason Pierre-Paul si ils ne parviennent pas à trouver un accord sur une extension d’ici le mois de Mars.
  • Les Gmen ont resigné Dallas Reynolds et Kevin Ogletree

Bilan par position 2014: Running Back

Comme chaque année, nous faisons le bilan de chaque position. Après l’étude des QB lundi, place aujourd’hui aux coureurs.

  • Halfbacks : 

#23 Rashad Jennings : 11 matchs joués, 9 titularisations, 167 courses, 639 yards (3,8 yards/course), 4 TD, 1 fumble (1 perdu), 30 réceptions, 226 yards (7,5 yards/réception).

Arrivé à la dernière FA pour 3 ans, Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain.. Malheureusement, il a eu du mal à y rester pour cause de blessure. Il est donc compliqué d’être pleinement content de sa saison alors qu’il a raté près de la moitié des matchs. Sur le terrain, il aura fait de son mieux malgré une ligne offensive inoffensive au centre. Il est notre RB le plus complet et il est vraiment capable de tout faire. Au delà de ses stats correctes, il a été très bon en pass protection, aidant réellement Eli Nelson Manning à trouver OBJ. Si Jennings reste en forme, et avec l’amélioration espérée de l’OL, alors il peut vraiment permettre aux Giants d’être dangereux au sol.

Note finale : C+
Oui, cette note peut paraître faible ou dure, mais il est compliqué de noter un joueur absent la moitié de la saison. Si Jennings a été très satisfaisant lorsqu’il était sur le terrain, il est compliqué d’être dithyrambique sur un joueur ayant peu jouer. En restant en forme, et avec une bonne ligne, il peut complètement exploser, à la manière d’un Demarco Murray qui, souvent blessé auparavant a été le meilleur RB de la ligue en 2014, derrière la meilleur OL de NFL. On souhaite la même chose à Rashad Andre Jennings.

#44 Andre Willams: 16 matchs joués, 7 titularisations, 217 courses, 721 yards (3,3 yards/courses), 7 TD, 1 fumble (0 perdu), 18 réceptions, 130 yards (7,2 yards/réception).

Le rookie, drafté au 4e tour à la sortie de Boston College, a été une pièce importante d’une draft très réussie. Leader en nombre de yards courus l’an passé en NCAA, Andre Rishard Williams n’a pas mis longtemps pour s’adapter à la NFL. Après une pré-saison satisfaisante, il a été jeté dans le grand bain rapidement, suite aux problèmes physiques de Jennings. En grande difficulté au départ, on sentait qu’il n’était pas prêt. Il n’arrivait pas à produire avec cette faible ligne offensive et il était dépassé en pass protection. De plus, on savait qu’il n’est pas capable de produire à la réception, preuve en est son absence de réception sur sa dernière saison de NCAA. Petit à petit, on a vu le petit joueur de 103 Kg progresser à vu de nez. Sa production a augmenté, il commençait enfin à bloquer légèrement les défenseurs adverses quand il le fallait. Enfin, il a réussi à être une soupape de sécurité pour Eli Manning lorsqu’il le fait. Il nous aura aussi offert de beaux highlights avec notamment un TD de 50 yards contre Tennessee et des tampons énormes, rappelant aux fans un certain Brandon Jacobs. Si le début de saison a été compliqué, on peut espérer que l’avenir sera radieux pour le coureur. Avec un training camp de plus, et en espérant un renforcement de la ligne offensive, il pourrait vraiment être le nouveau Jacobs, auteur d’une belle carrière à New York.

Note finale: B
Dans cette note, je tient compte du fait que Williams est un rookie, drafté au 4e tour, et donc, qu’on avait pas des attentes énormes en ce joueur. Il sera certainement un membre important du jeu de course à New York pour les années à venir.

#44 Peyton Hillis : 9 matchs joués, aucune titularisation, 26 courses, 115 (4,4 yards/course), 0 TD, 0 fumbles, 10 réceptions, 87 yards (8,7 yards/réception).

Après une saison 2013 encourageante, Hillis aura traversé 2014 sans qu’on le remarque. Il termine avec presque plus de yards à la reception, mais moins de 200 en cumulé. Il termine la saison sur l’IR suite à une commotion et, bien qu’il lui reste un an de contrat, il n’est pas sur qu’il soit de retour à New York en 2015. Le couper libérerait près d’un million de dollars, sans rajouter 1 dollar en dead money. Je ne suis pas sur qu’il soit utile de garder un joueur qui, si son état d’esprit semble irréprochable, ne semble être qu’au mieux le 3e RB. Seul son expérience, et son statut de vétéran peut le sauver du licenciement.

Note finale: D
Bon, il est compliqué de noter un joueur qui a aussi peut joué et qui n’avait pas un rôle primordiale mais on attendait quand même plus de Peyton Dereck Hillis en 2014. A mon avis, il ne sera plus à New York l’an prochain.

#43 Orleans Darkwa : 7 matchs joués, aucune titularisation, 5 courses, 21 yards (4,2 yards/cours), 1 TD

Arrivé en cours de saison en provenance du practice squad des Dolphins, Orleans Opoku-Darkwa, a visiblement satisfait le staff qui lui a donné l’occasion de passer un peu de temps sur le terrain. En 5 courses seulement, il aura marqué un joli TD et a surtout été très utile en Special Team. Non drafté en 2014, on dispose de peu de source sur lui, il est donc compliqué de savoir s’il peut vraiment apporter l’an prochain mais il semble que les coachs comptent sur lui et qu’il sera développé en 2015.

Note finale: Incomplet
Il a passé trop peu de temps pour pouvoir bénéficier d’une évaluation complète. Mais il est clair qu’il aura pleinement profité de son passage à New York pour taper dans l’œil de certains, ce qui est une bonne chose dans l’espoir d’avoir un poste solide en NFL.

#29 Michael Cox : 4 matchs joués, aucune titularisation, 4 courses, 33 yards (8,3 yards/course), 2 réceptions, 9 yards (4,5 yards/réception).

Drafté au 7e tour en 2013, Michael Cox n’avait pas passé les « finals cuts » cette saison. Immédiatement, il avait pris la direction du practice squad. Suite aux blessures de nos running backs, Michael A. Cox (oui, j’ai pas trouvé le nom complet de Cox :( ) a été repris dans l’effectif actif où il a pu montrer ses qualités de retourneur. Malheureusement, il se brisa rapidement la jambe, mettant ainsi fin à sa saison. De retour l’an prochain, il se battra pour une place dans l’effectif actif.

Note Finale: Incomplet
Là, je ne pouvais vraiment pas noter Cox, de même, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que j’aimerais bien le revoir, le coureur ayant démontré quelques qualités de vitesse et de cuts appréciables, malgré une lecture horrible. Il peut au moins servir en retourneur.

Non évalué : David Wilson, Chris Ogbonnaya

  • Fullback : 

#45 Henry Hynoski: 16 matchs joués, 4 titularisations, 7 courses, 13 yards (1,9 yards/course)

Après avoir gagné la compétition au poste de Fullback face à John Conner, Henry Phillip Hynosky Jr. a joué tous les matchs de la saison 2014, alors que l’an passé, une blessure ne lui avait permis de jouer que 4 matchs. Resigné pour un an, et 1 million de dollar, Hynoski. Encore une fois très bon cette saison (bien qu’il ait peu touché le ballon), Hynoski a été élu troisième meilleur FB de la ligue en 2014 par Pro Football Focus. Avec un jeu au sol faiblard, un bon FB n’est jamais de trop et il est probable qu’on doive passer à la caisse pour le conserver en 2015. Pour moi, la question de ce choix ne se pose pas, il faut le garder;

Note finale: A-
Je ne sais pas si l’on se rend compte que l’on dispose d’un des meilleurs FB de la ligue. Même si le poste n’est clairement plus ce qu’il a été auparavant, il reste une arme utile et importante, surtout dans l’attaque de McAdoo qui multiplie les passes courtes. J’espère sincèrement qu’il sera de retour l’an prochain (et plus si affinité).

Note globale de l’escouade: B
Des promesses, de l’espoir et de la confiance en l’avenir, voilà ce que nous as donné cette escouade en 2014. Le duo Jennings/Williams, ouvert par Hynoski, peut clairement permettre d’être un des 10/15 meilleurs jeu de course de la ligue. Il nous manque un joueur rapide, type David Wilson, pour être très complet mais, dans cette classe de draft extrêmement profonde (les coureurs de 2015 sont les receveurs de 2014, soyons clairs), un choix du 4 ou 5e tour peut nous apporter le complément parfais à notre duo, voire remplacer convenablement Jennings en cas de nouvelle blessure.

Bilan par position 2014: Quarterback

#10 Eli Manning: 16 matchs joués, 16 titularisations, 379/601 (63,1%), 4410 yards, 30 TD, 14 interceptions, 28 sacks encaissés, 12 courses pour 31 yards et 1 TD, 7 fumbles, 2 ballons perdus

Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, voici les stats de Nelson (oui depuis que j’ai appris que c’était son second nom, j’ai décidé de le nommer ainsi occassionnellement) en 2013: 16 matchs joués, 16 titularisations, 317/551 (57,5%), 3818 yards, 18 TD, 27 interceptions, 39 sacks, 7 fumbles, 2 ballons perdus.

Difficile de ne pas regarder la saison 2014 et ne pas parler de progrès quand on la compare à 2013.

Mais la saison de Nelson n’a pas été toute rose. Elle a été en quelque sorte, à l’image de l’attaque des Giants: catastrophique au départ (3 TD pour 4 INT et 2 défaites) puis on a commencé à voir de très belles choses (11 TD pour 1 INT et 3-2) avant d’assister à une rechute rude contre les 49ers lorsqu’il lança 5 interceptions en un match (un autre record pour Nelson).

Mais après cet énorme faux pas, la seconde partie de saison d’Eli s’est déroulée sans gros accrocs. Il faut dire qu’une fois le choc de la perte de Victor Cruz passé et avec Odell Beckham à l’aise dans ses baskets et dans ses gants, Eli était de retour. C’est simple: ce QB que certains disent couillus tandis que d’autres le qualifient d’inconscient, pouvait se remettre à lancer des passes osées en se disant que le receveur à l’autre bout de la passe avait une réelle chance d’attraper le balon.

Il ne faut pas chercher midi à quatorze heure: l’arrivée d’OBJ a fait le plus grand bien à Eli qui a défaut de pouvoir compter sur les mains beurrées de Larry Donnell ou encore la protection sur courant alternatif de son OL, pouvait au moins ce dire que même si OBJ était en triple coverage avec tout le stade en train de lui faire une interférence de passe, ce dernier attraperait le ballon.

Autre chose qui a aussi énormément aidé Eli dans sa progression, c’est l’implantation de la West Coast Offense de Ben McAdoo chez les Giants. Cette année, on a vu Eli lancer beaucoup plus de passes courtes avec un fort pourcentage de réussite. D’ailleurs, il signe sa meilleure saison en termes de taux de passes complétées avec 8 matchs à plus de 65% dont 5 à plus de 75%. C’est aussi la première fois qu’il tente (601) et complète (379) autant de passes en une saison.

Côté TD, Eli réalise sa 2nde saison avec au moins 30 TD et pendant une partie de la saison il était même permis de penser qu’il finirait la saison avec moins de 10 interceptions. Mais voilà, ce match contre les 49ers (pour rappel, 5 interceptions) fait vraiment tâche.

Alors est ce que le fait qu’Eli ait d’excellents receveurs et un système favorable fait de lui un system QB qui ne vaut plus rien. Non, je ne pense pas qu’il faille aller jusque là. Le mythe du QB qui porte toute son équipe et son coaching staff sur le dos n’existe pas. Tom Brady est aussi un QB qui joue dans un système de passe vachement safe. Peyton Manning et Tony Romo ont aussi de sacrés receveurs à leur disposition. Et pourtant, on ne va pas dire que sans ces éléments ces joueurs là ne valent rien.

Au final, Eli restera Eli (ou plutôt Nelson restera Nelson): un QB qui n’a pas froid aux yeux et prend des risques. On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, comme on dit. A côté de ça, il continue d’être un sacré leader pour l’équipe.

Note finale: A-
Si on enlève les 5 interceptions contre SF, le A serait largement mérité.

#9 Ryan Nassib: 4 matchs joués, 4/5 (80%), 60 yards, 1 fumble

Finalement c’est le backup qui aura été à la hauteur de l’objectif fixé par l’ancien QB coach des Giants qui voulait qu’Eli ait une moyenne de 70% de passes complétées pendant la saison. Bon forcément, c’est beaucoup plus facile quand on lance 120 fois moins le ballon que son coéquipier.

Il n’y a pas grand chose à dire de Nassib si ce n’est qu’il semble avoir eu une certaine aisance dans le système McAdoo durant la présaison.

A voir si il continue à progresser avec comme objectif (pourquoi pas) de succéder à Nelson un jour.

Note finale: Incomplet
Comment noter un joueur qui ne joue pas? En tout cas il reçoit une bonne appréciation pour sa présaison.

Note globale de l’escouade: A
Le choix des Giants de prendre Nassib comme backup QB vient remonter la note globale de l’escouade.

Cullen Jenkins réduit son salaire pour 2015

A 34 ans et après une saison médiocre, Cullen Jenkins ne partait pas vraiment en position de force pour 2015. Dans ce genre de situation, le joueur se voit souvent proposé une alternative par l’équipe: réduire son salaire ou quitter l’équipe.

Kiwanuka en avait fait les frais l’année dernière (ce qui provoqua chez lui un mécontentement qu’il exprima à plusieurs reprises) et cette année c’est au tour de Jenkins qui a « accepté » de réduire son salaire de 2,2 millions à 1 million. Les Giants réalisent ainsi une économie de 825 000 $ dans la masse salariale pour 2015. La part prise par Jenkins dans la masse salariale devait être de 2 916 668 $ en 2015 et passe à 2 091 668 $.

Bien entendu cette réduction de salaire ne s’est pas seulement faite sous la menace d’un licenciement. Une partie de l’argent perdu par Cullen Jenkins a été transformé en bonus payables sous certaines conditions. Il faut aussi noter qu’une partie de son salaire est désormais garanti sur 2015, ce qui n’était pas le cas avant.

Voici le détail de son nouveau contrat pour 2015:

  • Compensation totale pour la saison
    • Nouveau contrat: 1,55 millions $
    • Ancien contrat: 2,25 millions $
  • Salaire de base:
    • Nouveau contrat: 1 million $
    • Ancien contrat: 2,2 millions $
  • Garantie:
    • Nouveau contrat: 250 K $
    • Ancien contrat: 0 $
  • Bonus par match dans l’effectif actif:
    • Nouveau contrat: 31,25 K $ par match soit 500 K $ au total
    • Ancien contrat: 0 $
  • Prime de résultat (classé dans la catégorie « Not Likely To Be Earned »)
    • Nouveau contrat: 100 K $ pour le temps de jeu / sack
    • Ancien contrat: 0 $

Ce type de transaction interne ne sera certainement pas la dernière.

Premier regard sur les prospects de la draft 2015

Maintenant que la saison est terminée, on s’achemine vers la traditionnelle période où les franchises vont s’atteler à modifier leur effectif. Pour le meilleur, comme on l’espère pour les Giants, mais parfois pour le pire. Laissons les choix draconiens à Jerry Reese et contentons-nous de passer en revue les différents prospects qui ont de fortes chances d’intéresser Big Blue à la draft, et par conséquent d’éventuellement jouer pour Tom Coughlin la saison prochaine.

Bien entendu, les besoins des Giants à la draft seront amenés à changer après la free agency. Reese a tellement de travail pour prolonger ou recruter des joueurs que l’état des lieux précédant la draft nous donnera une liste des besoins forcément différente. Rappelons que les New York Giants disposent du 9e choix au premier tour.

Lire la suite

David Wilson coupé et Terrell Thomas à la retraite

En NFL, la signature d’un joueur est généralement couplée avec le renvoi d’un autre.

En l’occurrence, suite à la signature de l’ancienne star de la CFL, Brett Jones, les Giants ont libéré David Wilson qui avait annoncé sa retraite forcée l’année dernière à cause d’une blessure au cou.

Wilson avait été sélectionné par les Giants lors du 1e tour de la draft 2012 et a joué 21 matchs pour l’équipe. Il s’était illustré de 2 façons bien différentes: son incroyable capacité à marquer de n’importe où sur le terrain et ses fumbles à répétition. Lors de sa première saison, il a battu le record de la franchise en termes de yards retournés sur kickoff  (1,533 yards) battant ainsi largement le record fixé par Domenik Hixon en 2009 (1,291 yards). Il a aussi battu le record de la franchise de tout yards confondus en attaque par rookie sur une saison avec 1,925.

Autre news qui cette fois concernce un ancien Giant: Terrell Thomas, sélectionné par Big Blue au second tour de la draft 2008, a annoncé sa retraite après 6 ans de carrière.

Thomas était en passe de devenir l’un des meilleurs CB de Big Blue en 2011 après une très bonne saison 2010 mais une déchirure des ligaments croisés mis un coup d’arrêt à sa carrière. En 2012, il souffrit de la même blessure alors qu’il préparait son comeback. Thomas joua une dernière saison pour les Giants en 2013 mais le joueur manifestement ralenti par 2 déchirures consécutives ne fut pas retenu en 2014.

Thomas participa au training camp des Seahawks mais ne fut pas gardé pour la saison 2014 durant laquelle il ne joua pas.

Tout comme Wilson, Thomas est un autre exemple de talent gâché par les blessures.